Textes en vigueur pour que l’agence immobilière à Marrakech résorbe le déficit en logements

vente villa a marrakech avec cote medina

Le gouvernement et les autorités Marocaines font le maximum pour que le secteur immobilier continue de se développer et en même temps que l’environnement du pays accompagne ce développement. Le ministère en charge de l’habitat met en œuvre de nombreuses actions afin d’atteindre les objectifs qui ont été fixés. Il est clair que l’agence immobilière à Marrakech Côté Médina et les autres acteurs du secteur doivent contribuer comme ils le peuvent à ce développement. D’ailleurs Cote Medina et ses partenaires y travaillent. Trois principales difficultés sont à gérer par le département de l’habitat au Maroc : la disparition des bidonvilles dans les villes Marocaines, la restructuration des bâtiments qui tombent en ruines et la fourniture d’équipements dans les villes qui en ont besoin. Pour ce qui est du projet « ville sans bidonvilles », le département a déjà commencé son action dans près d’une soixantaine de villes dans le pays, les populations seront relogées dans des logements dont certains sont déjà construits et d’autres sont en chantier. Quelques milliers de bâtiments en ruines ont été dénombrés dans les diverses villes du pays et les différents projets de réhabilitation sont en cours. S’agissant du déficit en équipements, les provinces visées sont environ 12, parmi lesquelles Errachidia, Fès, Sefrou et Salé. Le projet a déjà couté près de 3,1 milliards de dhs durant l’année 2013. Ce sont au total 88 300 ménages qui sont concernés.

Textes en cours d’adoption par le département de l’habitat

Afin d’atteindre ses objectifs, le ministère Marocain de l’habitat souhaite faire adopter de nombreux textes réglementaires, auxquels seront soumis les agences immobilières à Marrakech mais aussi d’autres acteurs du secteur. Le principal objectif du ministère est d’atteindre une production annuelle de logements de l’ordre de 170 000 unités. Il est vrai que l’objectif a été fixé en 2012 et jusque-là il n’a pas encore été atteint. Pour aider à atteindre cet objectif, le ministère, avec l’aide de promoteurs privés, a mis en place un dispositif qui concerne les logements de classe moyenne, au total 3 089 logements de ce genre ont été lancés et les premières livraisons devraient se faire en 2014. A ces logements, peuvent être associés les 3 680 logements qui seront construits par le promoteur public Al Omrane, S’agissant des logements dit sociaux, ceux qui coutent entre 140 000 dhs et 250 000 dhs, le ministère s’engage à faire des études et mener une enquête sur les processus impliqués afin de détecter les irrégularités et de les corriger.

Le ministère sur les agences immobilières à Marrakech, les promoteurs privés et publics, les autres autorités impliquées dans les processus mais l’investissement privé et personnel des individus est aussi en ligne de mire. L’auto-construction génère 50% de la production nationale de logements. Le ministère prévoit pour 2014 une mesure qui permettra d’encourager et de stimuler l’auto-construction. Parmi les autres projets de loi que le ministère envisage il y a celui sur le code de la construction et le règlement sur l’isolation acoustique des bâtiments.

Le Riad et Marrakech mis à l’honneur en République Tchèque

Ambassade République tchèque au Maroc

Une fois de plus, la culture marocaine vit de beaux jours à l’étranger, particulièrement en Europe. Il ne s’agit pas uniquement du Riad Al Rimal à Marrakech qui jouit déjà d’une forte notoriété dans la planète. Mais les artistes, les poètes et autres acteurs de la culture acquièrent désormais de la reconnaissance à travers le monde. Cette fois, c’est la poésie et le cinéma marocains qui ont été honorés lors des journées de la francophonie en République tchèque. Durant ces journées de la francophonie, l’artiste poétesse et écrivaine d’origine marocaine Fatéma Chahid a eu la lourde charge d’animer dans la ville de Prague une soirée sur le thème « Femmes en poésie ». Étaient présents à cette soirée, des personnalités tchèques francophones mais aussi d’autres officiels et des diplomates. Le lieu de déroulement de l’évènement était le salon de musique du palais Buquois, au sein duquel se trouve l’Ambassade de France en République tchèque.

Fatéma Chahid fait de la poésie depuis qu’elle est toute jeune, elle a déjà rédigé plusieurs ouvrages de poésie et sa personnalité a été façonnée par le temps qu’elle a passé dans la ville de Taroudant. Elle est le mélange parfait des influences berbères, arabes, occidentales et andalouses qui sont à la source de la culture et de la personnalité marocaines. Notons que ces peuples ont fortement influencé le Maroc, que ce soit dans ses traditions ou ses cultures, on remarque même ces influences dans des bâtiments comme le Riad à Marrakech. Fatéma Chahid a été invitée en République tchèque par l’Ambassade du Maroc, où elle a entrepris un parcours de 4 semaines à travers le pays. Un circuit de littérature et de poésie durant lequel elle anime des ateliers d’initiation à la poésie, dans les instituts et les Alliances français. Elle a parcouru les villes tchèques comme Ceské Budovice, Kralové, Ostrava ou encore Hradec.

Durant son séjour en République tchèque, la poétesse prendra aussi le temps de rencontrer des étudiants, elle a aussi donné des conférences sur la poésie et l’influence des femmes dans la littérature au Maroc. Ces rencontres ont eu lieu dans les universités de Prague, Oloumoc, Plzen et Brno. Bien loin de son Maroc natal et du Riad à Marrakech, cette artiste se dévoue pour faire connaitre la culture, la poésie, l’histoire et la littérature du Maroc en République Tchèque. Dans le même élan, l’artiste participera au Festival de la culture arabe qui se déroulera dans la ville de Plzen du 10 au 17 avril 2015.

Allez à la découverte de l’immobilier à Marrakech dans un salon à Agadir

immobilier-golf-marrakech-1

L’immobilier à Marrakech et au Maroc connait des changements que l’on peut observer quand on est un professionnel du secteur. Des changements qui ne sont pas toujours négatifs et qui permettent aux décisionnaires d’opter pour différentes options afin de maintenir l’ensemble du secteur en bon état. Au-delà de cet aspect, l’immobilier c’est aussi et surtout le marché de l’échange des biens qui implique de nombreux intervenants pour un meilleur aboutissement des transactions. Le secteur immobilier a besoin de promotion pour plusieurs raisons que nous verrons plus loin. Dans ce contexte, on retrouve le salon « Almogar N’Laaquar » qui déroule le tapis rouge à ses visiteurs et participants pour la deuxième année consécutive. Le salon s’est tenu dans les locaux de la Chambre du commerce, d’industrie et des services de la ville d’Agadir.

Durant cet évènement, les visiteurs ont eu l’occasion de découvrir les dernières innovations dans le secteur, ainsi que les différentes opportunités que le secteur immobilier à Marrakech, à Agadir, à Rabat et au Maroc en général propose. Cet évènement est une initiative de l’agence Ines Évents et il s’est tenu en 2015 sous le thème « 2015, l’année des super soldes immobiliers ». Selon les organisateurs de l’évènement, ce dernier est en train de s’implanter dans les habitudes des populations et des professionnels de l’immobilier. La deuxième édition a vu la participation d’environ 20 promoteurs immobiliers installés au Maroc, ainsi que celle de nombreuses institutions qui se sont prêtées au jeu, notamment des assurances, des banques, des agences immobilières, etc.

L’évènement a connu le passage d’environ 2 000 visiteurs chaque jour. Notons que la principale cible de cet évènement ce sont les MRE, Marocains résidant à l’étranger. Les visiteurs ont pu visiter de nombreux projets, poser des questions sur place aux promoteurs et certains ont même lancé des opérations d’achat. Ce type d’évènements est une occasion pour les populations de découvrir les projets innovants en cours, y investir et parfois bénéficier de nombreux avantages. Dans ce cas par exemple, pour un achat de bien, une cuisine était offerte. De plus, les professionnels des secteurs immobiliers à Marrakech ou ailleurs ont l’occasion de se rencontrer, d’échanger et de trouver des solutions aux différents problèmes qu’ils rencontrent. Rappelons qu’« Almogar N’laaquar » connait un franc succès. La première édition a vu la commercialisation de 135 produits. Plus précisément, 58% de ventes d’appartements économiques, 19% en appartements moyens et haut standing, 20% en terrains nus, 3% de villas.

Combien de locataires retrouve-t-on dans l’immobilier à Marrakech et au Maroc ?

immobilier Marrakech

Le secteur immobilier à Marrakech et au Maroc en général est défini par de nombreuses composantes. On y retrouve les propriétaires, les acheteurs, les institutions, les organismes de financement, mais aussi les locataires. Tous ces acteurs sont des parties intégrantes des différentes transactions qui s’y déroulent. Ils y prennent part et assurent également qu’elles se déroulent dans de bonnes conditions. Dans les zones rurales, la majorité des ménages accèdent à la propriété immobilière suite à un héritage pour la moitié, ou par la construction qui se fait en général sans crédit, pour près du tiers. Les propriétaires sont plus nombreux en milieu rural, ils représentent environ 87,5% de la population, tandis qu’en zone urbaine ils représentent seulement 67%.

Les paramètres de la location dans l’immobilier marocain

Pendant que les propriétaires de biens y accèdent par l’héritage ou la construction en zones rurales, dans les villes ils sont très peu à opter pour la construction sans crédit, et seulement un dixième à accéder à la propriété par héritage. Dans le milieu urbain, les locataires de biens immobiliers à Marrakech et dans les autres villes constituent environ 23,5% de la population. En zone rurale, cette population se chiffre à seulement 1,5%. En fait, le marché de la location n’existe pratiquement pas dans les zones rurales marocaines. S’agissant du type de logement, dans les villages on retrouve essentiellement des logements de type rural qui sont habités par 3 ménages sur 5. On y retrouve également des maisons marocaines traditionnelles modernes qui sont occupées par 1 ménage sur 4. Dans les villes, 1 ménage sur 5 loge en appartement tandis qu’un sur six réside dans une maison traditionnelle.

Toujours selon le même rapport, dans les villes, 3,6% de la population habite dans des baraques ou dans des bidonvilles, pendant que 2,5% résident dans des villas. 98,7% des habitants de la ville sont équipés en électricité, pendant que dans les villages ils constituent 89,2% de la population. Pour le raccordement à l’eau, ils sont 35,2% à en bénéficier dans les villages contre 94,9% en ville. Une fois de plus on se rend compte que le secteur immobilier à Marrakech et au Maroc est assez disparate. Les situations sont différentes et dépendent de nombreux facteurs. Pour ce qui est de l’utilisation du gaz butane, la majorité des habitants dans les villes ou les villages s’en sert, à hauteur de 96,5% dans les villes et 93,6% dans les villages.

Comment l’immobilier à Marrakech et au Maroc endette les ménages ?

immobilier.ma à Marrakech

Selon des statistiques de Bank Al-Maghrib, dans son dernier rapport sur la stabilité financière, la dette accumulée par les ménages au Maroc représente approximativement le tiers de l’économie du pays, le constat est frappant : l’immobilier à Marrakech et au Maroc en général surendette les ménages Marocains. En 2015, les ménages marocains ont continué à s’endetter un peu plus que les deux dernières années. En fin d’année 2014, le taux d’endettement des ménages se chiffrait à 31% du P.I.B. En même temps, on se rend compte que la dette financière des ménages a diminué de 4,8% sur la période allant de 2009 à 2012. À la fin de l’année 2014, la dette des ménages atteignait la rondelette somme de 282 milliards de dirhams. Les ménages installés au Maroc accumulent à eux seuls 264 milliards de dirhams, soit une hausse de 5,3% en 2014, contre 5,6% en 2013. Le ratio par rapport au P.IB a également évolué entre 2013 et 2014, en passant de 27,8% à 28,5%. Quant aux ménages marocains installés à l’étranger, leur dette représente environ le tiers de l’ensemble de leurs transferts, comme en 2009.

L’investissement dans les secteurs immobiliers à Marrakech et au Maroc est la cause première de l’endettement des ménages. Les crédits à l’habitat représentent en moyenne 64% de la totalité de la dette contractée par les ménages. En 2014, des crédits à l’habitat ont été accordés à hauteur de 27,3 milliards de dirhams, soit une progression de 12,2%. Si on fait une répartition de cette somme par bénéficiaires, on observe que la plus grosse tranche est celle des individus ayant entre 30 et 49 ans qui représentent 63%, les ménages ayant un revenu inférieur à 4 000 dirhams passent de 40% à 38%. Les ménages ayant un revenu situé entre 4 000 et 10 000 dirhams sont passés à 34%. Les ménages bénéficiant d’un revenu supérieur à 10 000 dirhams se maintiennent à 28%.

Les statistiques montrent également une augmentation des défauts de remboursement des ménages. Ces défauts sont passés à 7,8% cette année, contre 7,2% l’année d’avant. Les crédits à l’habitat représentent 6,4% de ce pourcentage et les crédits à la consommation 10,2%. Cela signifie que les crédits octroyés en vue d’achat de bien immobilier à Marrakech ou ailleurs sont plus remboursés que les crédits à la consommation. Les dettes des ménages résidents à l’étranger sont également en souffrance, s’élevant à 8,7% en 2014 contre 7,8% en 2013.

Comment retrouver l’immobilier de Marrakech et du Maroc à Dubaï ?

immobilier riad-piscine-marrakech

Les biens du secteur immobilier à Marrakech et même ceux des autres villes du Maroc sont de plus en plus sollicités à l’étranger. Parmi les potentiels acheteurs, nous pouvons tout d’abord citer les Marocains résidant à l’étranger qui souhaitent posséder un logement dans leur pays d’origine. Deuxièmement nous avons les étrangers qui souhaitent disposer d’un logement secondaire, et quelques fois principal dans les villes marocaines. L’engouement pour le Maroc quand il en vient aux étrangers est dû au fait que le pays dispose d’un climat agréable tout au long de l’année, et la législation est favorable à l’acquisition de biens immobiliers par les étrangers. Pour trouver le bien qui leur correspond le mieux, ces deux catégories d’acheteurs disposent de deux principales options : la première est de se rapprocher d’une agence au Maroc pour conclure la transaction ; la deuxième est de se rendre aux différents évènements qui font la promotion du secteur immobilier marocain à l’étranger. Ces évènements sont de plus en plus nombreux à travers le monde.

L’immobilier marocain exposé à Dubaï

Durant le mois de septembre 2015, Dubaï abritera un des évènements les plus notoires du secteur immobilier à Marrakech et au Maroc. En effet, les habitants de Dubaï auront la possibilité de découvrir le salon de l’immobilier et l’art de vivre marocain, qui en sera à sa deuxième édition. Les visiteurs pourront y rencontrer des promoteurs immobiliers, des banques, des administrations, mais aussi des investisseurs marocains et émiratis, aux côtés de responsables émiratis et marocains. Grâce à la participation de nombreux exposants et visiteurs, la première édition fut un grand succès, ce qui a encouragé les organisateurs à lancer cette deuxième édition. Nous avons donc la preuve concrète de l’intérêt qui est porté à l’investissement immobilier au Maroc et la place que ce secteur joue dans le renforcement des relations économiques et amicales entre les deux pays concernés.

Maroc expo reste le principal évènement qui fait la promotion des biens immobiliers de Marrakech et du Maroc au Moyen-Orient. Cette année, l’espace dédié à Maroc expo est de 2 000 m² et le salon réunira de nombreux promoteurs, qui y présenteront leurs derniers projets au sein des différentes villes et régions du Maroc. Les visiteurs pourront découvrir l’art et l’artisanat marocain en parcourant les espaces dédiés. Ils pourront également assister aux conférences et débats animés par des professionnels. Les professionnels auront également l’occasion de discuter entre eux et partager leurs expériences. L’évènement se tiendra à l’hôtel Sheraton Deira Dubaï.