Comment l’immobilier à Marrakech et au Maroc endette les ménages ?

immobilier.ma à Marrakech

Selon des statistiques de Bank Al-Maghrib, dans son dernier rapport sur la stabilité financière, la dette accumulée par les ménages au Maroc représente approximativement le tiers de l’économie du pays, le constat est frappant : l’immobilier à Marrakech et au Maroc en général surendette les ménages Marocains. En 2015, les ménages marocains ont continué à s’endetter un peu plus que les deux dernières années. En fin d’année 2014, le taux d’endettement des ménages se chiffrait à 31% du P.I.B. En même temps, on se rend compte que la dette financière des ménages a diminué de 4,8% sur la période allant de 2009 à 2012. À la fin de l’année 2014, la dette des ménages atteignait la rondelette somme de 282 milliards de dirhams. Les ménages installés au Maroc accumulent à eux seuls 264 milliards de dirhams, soit une hausse de 5,3% en 2014, contre 5,6% en 2013. Le ratio par rapport au P.IB a également évolué entre 2013 et 2014, en passant de 27,8% à 28,5%. Quant aux ménages marocains installés à l’étranger, leur dette représente environ le tiers de l’ensemble de leurs transferts, comme en 2009.

L’investissement dans les secteurs immobiliers à Marrakech et au Maroc est la cause première de l’endettement des ménages. Les crédits à l’habitat représentent en moyenne 64% de la totalité de la dette contractée par les ménages. En 2014, des crédits à l’habitat ont été accordés à hauteur de 27,3 milliards de dirhams, soit une progression de 12,2%. Si on fait une répartition de cette somme par bénéficiaires, on observe que la plus grosse tranche est celle des individus ayant entre 30 et 49 ans qui représentent 63%, les ménages ayant un revenu inférieur à 4 000 dirhams passent de 40% à 38%. Les ménages ayant un revenu situé entre 4 000 et 10 000 dirhams sont passés à 34%. Les ménages bénéficiant d’un revenu supérieur à 10 000 dirhams se maintiennent à 28%.

Les statistiques montrent également une augmentation des défauts de remboursement des ménages. Ces défauts sont passés à 7,8% cette année, contre 7,2% l’année d’avant. Les crédits à l’habitat représentent 6,4% de ce pourcentage et les crédits à la consommation 10,2%. Cela signifie que les crédits octroyés en vue d’achat de bien immobilier à Marrakech ou ailleurs sont plus remboursés que les crédits à la consommation. Les dettes des ménages résidents à l’étranger sont également en souffrance, s’élevant à 8,7% en 2014 contre 7,8% en 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *